Des prisons ou des hôpitaux ? Tribune libre par Jean Paul Jambon

Des prisons ou des hôpitaux ?


La situation de nos prisons et surtout celle des personnes incarcérées et des
personnels pénitentiaires devrait nous amener à de meilleures réflexions et
actions.
Environ 17000 détenus (25% de la population carcérale) relèvent de fait de la
psychiatrie plus ou moins lourde amenant les médecins et les autorités
pénitentiaires à considérer que leur présence en prison n’est surtout pas la
solution…..et pourtant rien n’est fait !
De nombreuses personnes issues de la rue et qui relèvent elles aussi de
structures adaptées à leur état psychique sont aussi, faute d’autres possibilités,
hébergées dans des centres d’accueil ou de réinsertion, laissant très souvent
les travailleurs sociaux dans de grandes difficultés…..et pourtant rien n’est fait !
De plus en plus, on constate aussi que des personnes, voir des familles,
habitant en logement social sont en grandes difficultés psychiques relevant de
la psychiatrie (troubles au voisinage, logements dégradés, non paiement des
loyers…) laissant les bailleurs et les diverses commissions de prévention
impuissantes…et pourtant rien n’est fait !
Alors que l’on nous rebat les oreilles concernant le besoin de 20000 places de
prisons, et que l’on nous répète que la psychiatrie est la grande malade et
oubliée des politiques publiques, ne devrait-on pas d’abord s’interroger et
surtout agir vis-à-vis du vrai besoin, c’est-à-dire non pas la construction de
prisons non adaptées à ces pathologies mais la construction d’hôpitaux ou de
structures pouvant (devant) accueillir ces malades et laisser les prisons à leur
destination originelle ?

Jean-Paul Jambon

Share

Laisser un commentaire