LES SOLISTES DU THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE DE BRUXELLES ce soir à Bandol

Share

Théâtre Jules Verne A Bandol
 21H00
Dans le cadre du festival CLASSICA BANDOL

Saténik KHOURDOIAN, violon

Vincent HEPP, alto

Sébastien WALNIER, violoncelle

Alexander Gurning, piano

G. FAURÉ : Quatuor avec piano Nr. 1 en Do mineur, Op. 15
J. BRAHMS : Quatuor avec piano Nr. 3 en Do mineur, Op. 60

cropped-classica_bandol_web.jpg

Share

  2 comments for “LES SOLISTES DU THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE DE BRUXELLES ce soir à Bandol

  1. Gerard DEMORY
    27/07/2015 at 1 h 24 min

    QUAND ON MÉLANGE SPECTACLE ET ART MUSICAL…. AVEC DÉNIGREMENT SYSTÉMATIQUE, MAUVAISE FOI ÉRIGÉE EN RELIGION ET DÉSINFORMATION POLITICIENNE…… A propos d’un article publié sur un blog FB… dit « collectif pour la survie… »

    Tout d’abord l’argent que ce festival « coûte aux bandolais »…. Le ou les rédacteurs du « collectif » le savent très bien… Il y a eu un marché public…. mais ils préfèrent user de l’allusion… Vous savez « la rumeur » qui ouvre la porte à tout et à rien … C’est si facile. On suggère, on ne chiffre pas…. mais « rendez vous compte ce que cela a coûté  ma bonne dame ou mon bon monsieur»…

    Alors chiffrons concrètement : 5 000 (cinq mille euros) ni plus ni moins pour assurer la restauration des artistes, soit environ 20 euros par repas…. Je ne pense pas que les restaurateurs bandolais se plaindront d’avoir accueilli à leurs tables des musiciens d’une si grande qualité, et à tout le moins d’avoir pu ainsi exercer leur commerce… A cette somme il convient d’ajouter la mise à disposition de la salle Jules Verne avec le service de sécurité correspondant. Bref le budget de Bandol en tremble encore, pour un festival dont on peut évaluer la valeur aux alentours de 70 000 à 80 000 euros… Mais voilà tout a été financé par l’organisateur via des subventions diverses et mécènes…..

    Une salle quasiment vide…. On mentionne une soixantaine de personnes pour le premier concert. Ce qui est peu à priori. J’étais à celui de jeudi soir (accordéon et violon) : une cinquantaine de personnes . Par contre celui de vendredi soir avec le trio WANGERER (un, sinon le meilleur trio mondial) a accueilli plus d’une centaine de personnes. Et pour le dernier concert de ce dimanche soir , également une cinquantaine de personnes….Les absents auront manqué une superbe soirée de musique baroque avec l’orchestre Les Ambassadeurs, sous la direction d’Alexis KOSSENKO par ailleurs flûtiste, la mezzo soprano Blandine STASKIEWICZ et la violoniste solo Zefira VALOVA….

    Plusieurs remarques sur cette désaffection.

    Je passerai sur le ridicule de cette phrase :  « il nous semble que la moindre des choses, par respect pour les artistes, est de faire en sorte qu’ils ne jouent pas devant une salle vide. » Comme si un organisateur de spectacle savait par avance la fréquentation de la salle… Si un tel raisonnement devait être suivi, combien d’artistes ont manqué de respect depuis qu’il y a des artistes…. Passons….

    Le moment choisi pour ce festival… C’est sans doute l’interrogation la plus pertinente (sinon la seule) . Peut-on durant la seconde quinzaine de juillet intéresser un public à ce type de manifestation culturelle ? Certains répondront non, et c’est le cas des rédacteurs du collectif… Ce à quoi je leur ferai remarquer que durant la même période d’autres festivals se déroulent avec une forte affluence (Aix, La Roque d’Anthéron, Orange, Montpellier et j’en passe tant la liste est fournie). Ah mais diront ces dénigreurs systématiques, vous n’allez pas comparer…. ces entités avec ce qui vient d’être fait à BANDOL. Je ne compare rien, j’écris qu’il y a des publics intéressés durant la période estivale par ce genre de musique et spectacle. C »est la première fois que cette manifestation a lieu… Si on se reporte à « l’histoire » des festivals mentionnés, ils ont TOUS commencé leur existence difficilement quant à la présence du public. Dans le Var, les connaisseurs se souviendront de la naissance difficile dans le début des années 90 du festival de musique du Pays de Fayence… qui a connu ensuite une renommée mondiale…. Pour ma part j’aurais préféré peut être un festival « d’arrière saison », seconde quinzaine de septembre première quinzaine d’octobre…Le public touristique est différent, peut être plus intéressé par ce type de manifestation, plus argenté aussi, et avec moins de « concurrence » au niveau manifestations… Mais ces dates comportent d’autres contraintes sur lesquelles je ne m’étendrai pas, mais qui sont réelles et méritent réflexion.

    Le lieu. C’est vrai que sous nos cieux, et en cette période, nombre de manifestations musicales se déroulent en plein air… et le Parc du Canet offre un cadre à cet effet…. Mais attention : la mise en place du parc suppose un budget assez conséquent , allant des éclairages, à la scène et aux équipements sanitaires…. Enfin il y a l’incertitude météorologique. Le choix fait répondait à ces deux réalités. On peut le critiquer, ne pas être d’accord, mais il a le mérite de la cohérence.

    Telle une antienne, ou bien un disque vinyle rayé, les rédacteurs du collectif ressortent la rumeur et la désinformation relatives à la manifestation des Voix du Lyrique lancée par la municipalité de monsieur PALIX il y a deux ans, au Parc du Canet…. Et ces rédacteurs de vous servir la pseudo vérité suivante : « La commune attribuait une subvention, et en échange, cette association proposait les places à un prix très abordable. Pourquoi ne pas avoir reconduit une animation qui marchait et avait trouvé son public? Cette année, on a changé la formule. Résultat : concert annulé ! Exit Faust … »
    Ils oublient de préciser deux choses : ce spectacle était programmé sur deux communes : GEMENOS (deux soirées) et BANDOL…. L’annulation du spectacle est essentiellement due au non versement des subventions attendues au niveau de la Région et des départements concernés. Même si Bandol avait subventionné comme les années passées, le spectacle aurait été annulé.
    Quant au prix des places il faudrait bien comprendre que la culture, surtout celle liée à ce qu’on nomme le spectacle vivant, a un coût. Des « subventions » sont et seront toujours nécessaires… mais en la matière, une politique culturelle saine suppose que le public participe aussi financièrement à la mise en œuvre de ces manifestations. On peut moduler les « prix » selon certaines situations particulières, mais arrêtons de traiter le spectateur selon une logique d’assistanat….
    Voir sur Bandol Web ce que j’écrivais sur le prix des places, notamment par rapport à l’Opéra de Toulon : http://bandolweb.info/?p=7260
    Enfin nos rédacteurs du collectif semblent avoir une mémoire courte, à tout le moins peu en cohérence avec les thèmes que leurs mentors politiques déclarent sur ceux qui font les spectacles dans notre hexagone :
    http://www.ump2017.fr/2014/03/intermittents-interimaires-et-autres.html
    http://www.francetvinfo.fr/culture/spectacles/carte-une-centaine-de-festivals-supprimes-a-cause-des-baisses-de-subventions_849781.html

    Voilà donc pour les discours et écrits des « y-a-ka-y-faut-ke »……
    Et à chacun d’apprécier…. entre les faits…. et les faiseurs de rumeur….

    G. DEMORY

    • Demory Gerard
      28/07/2015 at 12 h 47 min

      Sur le FB du »collectif pour la survie… » L organisateur du festval a fait une mise au point qui mérite lecture. Bref un professionnel répond a ces allusions fausses d amateurs pour le moins non éclairés…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.