« liker » n’est pas voter

Share

Tweetez vous les uns les autres comme je vous ai tweeté.
Jésus Twist. 😉téléchargement

Pour ceux qui pensent béatement pouvoir comparer un vote ou une intention de vote avec un like.

Quelques éléments tirés d’un article publié par des spécialistes à l’occasion des dernières élections municipales.

« La révolution qui se déroule actuellement n’est pas dans l’audience supplémentaire que les hommes politiques vont acquérir sur les réseaux sociaux – elle est minime par rapport aux médias traditionnels – mais dans la connexion, l’intelligence stratégique qu’ils peuvent créer avec ceux qui les suivent », analyse Amar Lakel.

Les réseaux permettent en effet de « tester » des sujets en temps réel, en observant par exemple le nombre de « like » cliqués par les abonnés sous chaque nouveau sujet posté.Une sorte de sondage permanent des opinions que les candidats ont ensuite la possibilité d’intégrer dans leur discours. Tel thème ayant suscité le plus d’enthousiasme pourra être mis en valeur ultérieurement dans d’autres configurations ou supports plus classiques, comme un meeting ou un tract.

Analyses au pifomètre

Au-delà de cette fonction de « testing », comme disent les spécialistes, les réseaux sociaux ont la faculté d’amplifier, de démultiplier ce qui auparavant n’étaient que des conversations de bistrot. Un exemple récent de ce phénomène : l’affaire Dieudonné

« D’autre part, une conférence de presse classique, relayée par les médias traditionnels, draine aujourd’hui encore beaucoup plus d’audience et largement plus d’impact. SurTwitter, le « reach » est d’environ 12%, c’est-à-dire qu’un dixième seulement des messages diffusés atteignent réellement les lecteurs. »

« Sur Facebook ou Twitter, ce qui se joue, c’est une meilleure gestion de sa communauté, une meilleure façon pour le candidat de se synchroniser avec son audience, de la piloter. Un candidat qui n’est plus le seul locuteur : ce qu’il dit est répété cent fois, mille fois, souvent déformé au passage, et c’est ça qu’il faut savoir orchestrer. »

 

éléments tirés d’un article de rue89

 

Share

  2 comments for “« liker » n’est pas voter

  1. Richie
    20/10/2014 at 10 h 48 min

    et oui « aimer » n’est pas voter, nous l’avons bien vu aux dernières élections municipales, ce ne sont pas les candidats qui avaient le plus de « J’aime » qui sont arrivés en tête et c’est pour cette raison que j’encourage tout le monde à aller « aimer » les pages de ceux qui se préparent aux prochaines élections afin de fausser la perception qu’auront ces candidats de leur notoriété afin que le jour J, ils se prennent une gifle humiliante.

  2. etienne
    23/10/2014 at 7 h 09 min

    Le hasard fait parfois bien les choses : Ce soir sur la 2 à 20h50, «Manips sur le Net». »Les compteurs des réseaux sociaux ont pris une importance démesurée… Mais quel crédit leur accorder ? »

    Eh oui, tout s’achete sur le net. Même des vues de vos vidéos youtube.

    Mais attention, il faut savoir le faire et trouver les « bons » produits.

    Vous imaginez la page Facebook des amis d’une personnalité politique avec 1300 « zaime » polonais et 1500 « Zaime » pakistanais ? mdr …

    Amateur s’abstenir …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.